Covid : la pandémie n’empêche pas la pollution aux particules fines

Natura Sciences, le
Par
#Santé #micropolluants #perturbateurs endocriniens #polluants persistants #pollution #pollution de l'air
Covid : la pandémie n’empêche pas la pollution aux particules fines
- Les trois-quarts des pays ont connu en 2020 une pollution excessive aux micro-particules, responsable de nombreux décès prématurés. La baisse significative des activités polluantes due à la pandémie de Covid-19 n'a pas permis d'endiguer le phénomène. C'est ce qu'indique un rapport publié ce mardi. Cet article Covid : la pandémie n’empêche pas la pollution aux particules fines est apparu en premier sur Natura Sciences.
Articles qui devraient vous intéresser :

Los Angeles rehausse ses critères de pollution à cause des crémations liées à la Covid-19

Futura Sciences
Los Angeles rehausse ses critères de pollution à cause des crémations liées à la Covid-19
La pollution de l’air a notoirement baissé durant l’épidémie de Covid-19. Les mesures de confinement et la baisse drastique du trafic routier ont entraîné une chute sans précédent des émissions de CO2 et de particules fines partout dans le monde. Mais à Los Angeles, un autre effet de...

La pollution aux particules fines peut-elle servir de vecteur au Covid-19?

L'express
La pollution aux particules fines peut-elle servir de vecteur au Covid-19?
Malgré une pollution en baisse, le nombre de particules fines dans l'air est élevé. Elles fragilisent les organismes et pourraient favoriser la diffusion du virus.

Comment lutter contre la pollution aux particules fines ?

France Info
Comment lutter contre la pollution aux particules fines ?
Fin de l'alerte à la pollution aux particules fines en région parisienne et en région Rhône-Alpes. Ce pic de pollution a été l'occasion d'expérimenter à Paris la circulation alternée : le gouvernement envisage d'étendre cette mesure à toute la France lors de prochaines alertes.

Particules fines, pics de pollution et santé

Natura Sciences
Particules fines, pics de pollution et santé
- Il y a 18 mois, un appareil de recherche d’une précision inédite, le LOAC (Light Optical Aerosol Counter) a été installé sur le Ballon de Paris au cœur du Parc André Citröen. Il mesure en temps réel le nombre de particules ultrafines contenues dans l'air, de 0 à 300 mètres...