Photovoltaïque au sol : les zones délaissées représentent un potentiel de 53 GW

Actu Environnement, le
Par
#Energie
Photovoltaïque au sol : les zones délaissées représentent un potentiel de 53 GW
Il est possible d'installer 53 GW de photovoltaïque au sol sur les friches industrielles et les parkings, estime l'Ademe. Si ce potentiel était exploité, la carte de France des installations solaires serait sensiblement modifiée.
Articles qui devraient vous intéresser :

Zones à risques radon : une information obligatoire des acquéreurs entre en vigueur

Actu Environnement
Zones à risques radon : une information obligatoire des acquéreurs entre en vigueur
A compter du 1er juillet 2018, les acquéreurs ou locataires de biens immobiliers situés dans des zones à potentiel radon significatif (zones 3) doivent être informés par le vendeur ou le bailleur de l'existence de ces risques. Un arrêté intermini...

Photovoltaïque : Engie et Suez veulent équiper l'ensemble des centres de stockage de déchets

Actu Environnement
Photovoltaïque : Engie et Suez veulent équiper l'ensemble des centres de stockage de déchets
Cela représenterait une centaine de sites, pour un potentiel de capacités de 1 GW. L'énergéticien Engie et l'industriel Suez s'associent pour équiper en photovoltaïque l'ensemble des centres de stockage de l'activité recyclage et valorisation. Le ...

La France peine à développer l‘énergie solaire photovoltaïque

Notre Planète
La France peine à développer l‘énergie solaire photovoltaïque
Depuis fin 2013, les énergies renouvelables ont dépassé les autres sources d'énergie dans la production mondiale d'électricité et représentent plus de la moitié des nouveaux moyens de production d'électricité installés en 2013 dans le monde. Cependant en France, le nucléaire représente...

Photovoltaïque : la France mise sur la recherche

Futura Sciences
Photovoltaïque : la France mise sur la recherche
Aujourd’hui, c’est la Chine qui domine le marché mondial des panneaux solaires. Mais grâce à son nouvel Institut photovoltaïque inauguré cette semaine, la France espère pouvoir développer des savoir-faire uniques en matière de technologies de rupture.