Sortie du glyphosate : un impact de 5 % sur la rentabilité des exploitations pour la viticulture

Actu Environnement, le
Par
#Agroécologie
Sortie du glyphosate : un impact de 5 % sur la rentabilité des exploitations pour la viticulture
Les alternatives au désherbage chimique existent pour la viticulture, dans des conditions d'exploitation normales, estime l'Inrae. Mais avec un surcoût, principalement lié à l'achat de matériel de désherbage mécanique.
Articles qui devraient vous intéresser :

Sortie du glyphosate : les usages qui posent problème se précisent

Actu Environnement
Sortie du glyphosate : les usages qui posent problème se précisent
À un peu moins d'un an de l'échéance de sortie du glyphosate pour la majorité des usages, la mission d'information parlementaire sur la stratégie de sortie du glyphosate a fait le point avec l'agence de sécurité sanitaire (Anses) et l'Institut de ...

Interdiction du glyphosate : Ipsos chiffre les pertes économiques pour les exploitations

Actu Environnement
Interdiction du glyphosate : Ipsos chiffre les pertes économiques pour les exploitations
L'Institut Ipsos, qui a interrogé 904 agriculteurs, évalue "à plusieurs milliards d'euros" le coût du retrait de l'herbicide glyphosate en France, "dû à une baisse de rendement [des exploitations] et donc un retrait des exportations". Fin août, le...

Sortie du glyphosate : le gouvernement veut constituer une start-up d'Etat

Actu Environnement
Sortie du glyphosate : le gouvernement veut constituer une start-up d'Etat
A côté notamment du centre de ressources sur le glyphosate, le Gouvernement veut ajouter un nouvel outil numérique pour accompagner les acteurs du monde agricole dans la sortie du glyphosate. Pour cela, il lance un appel à destination des acteurs ...

Sortie du glyphosate : à un an de l'échéance, le flou persiste

Actu Environnement
Sortie du glyphosate : à un an de l'échéance, le flou persiste
Le rapport, à mi-parcours, de la mission d'information parlementaire sur la stratégie de sortie du glyphosate pose plus de questions qu'il n'apporte de réponses, à un an de l'échéance fixée pour l'interdiction de la majorité des usages.