"Contre le réchauffement, aller bien plus vite" (de Perthuis)

La Tribune, le
'Contre le réchauffement, aller bien plus vite' (de Perthuis)
Le dispositif issu de la COP 21 ne commencera à être opérationnel que vers 2025, et il limitera au mieux à trois degrés la hausse des températures. Face au réchauffement climatique, il faut aller bien plus vite. En donnant un prix au carbone, ce que peuvent désormais faire des groupes de pays. Par Christian de Perthuis, professeur associé à Paris Dauphine, fondateur de la chaire économie climat.
Articles qui devraient vous intéresser :

Réforme ferroviaire : le gouvernement veut aller très vite

Actu Environnement
Réforme ferroviaire : le gouvernement veut aller très vite
La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a présenté le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire, ce mercredi 14 mars, en Conseil des ministres. Le gouvernement souhaite aller vite. Alors que la concertation a été ouverte il y a une diza...

Une voiture suiveuse peut aider un cycliste à aller plus vite

L'avenir
Une voiture suiveuse peut aider un cycliste à aller plus vite
Une voiture suiveuse, restant suffisamment près d’un coureur, peut lui permettre d’aller plus vite. C’est en tous les cas ce que cherche à démontrer Bert Blocken, professeur à l’Université technologique d’Eindhoven (TU/e) dans une étude scientifique, a-t-il expliqué.

Christian de Perthuis : "La fiscalité écologique renvoie à la question de la redistribution"

Actu Environnement
Christian de Perthuis : 'La fiscalité écologique renvoie à la question de la redistribution'
Difficultés d'instaurer une fiscalité écologique en France, importance de mettre en place des instruments économiques dans la lutte contre le changement climatique... L'économiste Christian de Perthuis est revenu sur ces questions devant les sénat...

Perthuis : « L'écologie fait les frais d'une logique comptable du gouvernement »

Le Monde
Perthuis : « L'écologie fait les frais d'une logique comptable du gouvernement »
L'économiste Christian de Perthuis explique au « Monde » les raisons de sa démission, lundi, du Comité pour la fiscalité écologique, qu'il présidait.