Transition énergétique : les sénateurs valident la hausse de la taxe carbone

Actu Environnement, le
Par
#Energies
Transition énergétique : les sénateurs valident la hausse de la taxe carbone
Les sénateurs ont adopté en seconde lecture une hausse de la taxe carbone qui doit aboutir à un prix de 100 euros par tonne en 2030. Son application dès le PLF2016 constituera un test à deux mois de la COP21. Le nucléaire reste source de conflits.
Articles qui devraient vous intéresser :

Transition énergétique : les sénateurs veulent une taxe carbone à 100 euros la tonne en 2030

Actu Environnement
Transition énergétique : les sénateurs veulent une taxe carbone à 100 euros la tonne en 2030
Les sénateurs de la Commission des affaires économiques ont modifié le projet de loi sur la transition énergétique. Ils ont fixé de nouvelles valeurs à atteindre pour la taxe carbone à 56 euros la tonne de CO2 en 2020 et 100 euros en 2030.

Transition énergétique : derniers arbitrages avant le vote définitif

Actu Environnement
Transition énergétique : derniers arbitrages avant le vote définitif
L'Assemblée nationale a à nouveau modifié le projet de loi relatif à la transition énergétique en s'inspirant des modifications apportées par le Sénat. Elle a notamment validé la progressivité de la taxe carbone et le report de la PPE.

Transition énergétique : les collectivités locales veulent tirer profit de la taxe carbone

Actu Environnement
Transition énergétique : les collectivités locales veulent tirer profit de la taxe carbone
L'association Amorce défend l'affectation aux acteurs locaux d'une part des nouvelles recettes générées par la hausse de la contribution climat énergie. Elle propose d'en allouer un tiers via deux dispositifs.

Transition énergétique : échec des négociations entre sénateurs et députés

Actu Environnement
Transition énergétique : échec des négociations entre sénateurs et députés
La question du nucléaire a eu raison du projet de loi sur la transition énergétique. Les députés et sénateurs n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur un texte commun. L'adoption de loi est donc repoussée de plusieurs semaines.