Signature de la Convention de Minamata sur l'interdiction progressive du mercure

Notre Planète, le
Signature de la Convention de Minamata sur l'interdiction progressive du mercure
139 pays viennent d'adopter au Japon une convention sur l'usage et les émissions de mercure, baptisée « Convention Minamata » en mémoire de cette ville japonaise où des milliers de personnes ont été empoisonnées par des rejets de mercure, un élément trace métallique hautement toxique. C'est la première fois depuis plus de dix ans qu'un tel accord multilatéral en matière d'environnement est signé[1].
Articles qui devraient vous intéresser :

L’Assemblée décale de trois ans l’interdiction de la production de certains pesticides

Le Monde
L’Assemblée décale de trois ans l’interdiction de la production de certains pesticides
L’amendement adopté décale ainsi à 2025 l’entrée en vigueur de l’interdiction et propose aussi des dérogations aux entreprises qui s’engagent via la signature d’une convention de transition.

Investissements pour l'eau : signature d'une convention d'engagement en Auvergne-Rhône-Alpes

Actu Environnement
Investissements pour l'eau : signature d'une convention d'engagement en Auvergne-Rhône-Alpes
"Cette signature de convention est une première nationale, a assuré Martial Saddier, conseiller régional, président du Comité de bassin Rhône-Méditerranée. Nous espérons qu'elle permettra d'avoir un effet d'entraînement pour les autres régions et ...

Métal très nocif pour la santé humaine, le mercure placé sous surveillance

Le Figaro
Métal très nocif pour la santé humaine, le mercure placé sous surveillance
La convention de Minamata entre en vigueur ce 16 août pour réguler l’usage de ce métal, très nocif pour la santé humaine.

Océans : le mercure grimpe

Le Devoir
Océans : le mercure grimpe
En janvier 2013, à Genève, 130 pays ont signé une convention visant...