Le bisphénol A, maintenant interdit, est remplacé par d'autres bisphénols aussi dangereux

Notre Planète, le
Le bisphénol A, maintenant interdit, est remplacé par d'autres bisphénols aussi dangereux
Avec l'interdiction étendue du bisphénol A aux récipients alimentaires, on pensait être débarassé de ses risques sur la santé. Que nenni ! Le bisphénol F et le bisphénol S, substituts du bisphénol A dans certaines applications, ont le même effet négatif sur le testicule fœtal humain que celui du bisphénol A. C'est ce que viennent de démontrer des chercheurs de l'Unité mixte de recherche 967 « Cellules souches, Radiations et instabilité génétique » (CEA/Inserm/université Paris Diderot)[1]  avec la même méthode in vitro qui avait permis à l'équipe d'analyser, en 2012, l'effet négatif du bisphénol A sur le testicule[2].
Articles qui devraient vous intéresser :

Les bisphénols alternatifs sont aussi nocifs pour la fertilité masculine

Actu Environnement
Les bisphénols alternatifs sont aussi nocifs pour la fertilité masculine
Les deux substituts au Bisphénol A - le Bisphénol S (BPS) et le Bisphénol F (BPF) - ont le "même effet négatif sur le testicule foetal humain", selon une étude de l'Inserm et du CEA.

Certains substituts du bisphénol A tout aussi dangereux

Le Figaro
Certains substituts du bisphénol A tout aussi dangereux
Les industriels doivent remplacer le bisphénol A, interdit dans tous les contenants alimentaires en France depuis le 1er janvier 2015. Mais certains substituts seraient tout aussi néfastes pour le développement du fœtus.

Le bisphénol A est interdit dans les contenants alimentaires

Notre Planète
Le bisphénol A est interdit dans les contenants alimentaires
Le Parlement français a définitivement voté, jeudi 13 décembre 2012, une proposition de loi interdisant le bisphénol A dans les contenants alimentaires, dès 2013 pour ceux destinés aux bébés et début 2015 pour les autres.

L’Europe reconnaît le danger d’un perturbateur endocrinien, le bisphénol A. Une première

Le Nouvel Observateur
L’Europe reconnaît le danger d’un perturbateur endocrinien, le bisphénol A. Une première
Le bisphénol A est qualifié de "substance très préoccupante" par une agence européenne. C’est la première fois qu’un  produit est reconnu comme dangereux pour le système hormonal humain.