Dans la jungle de la compensation carbone

Le Monde, le
Dans la jungle de la compensation carbone
En butte à des pressions sociétales, technologiques et réglementaires, les entreprises se ruent sur l’achat de forêts entières en vue de compenser leurs émissions de CO2. Une pratique peu coûteuse mais contestée par de nombreux scientifiques.
Articles qui devraient vous intéresser :

Compensation carbone volontaire : le nouveau label est lancé

Actu Environnement
Compensation carbone volontaire : le nouveau label est lancé
Le ministère de la Transition écologique a lancé le label bas-carbone. Il valorise les projets volontaires de réduction des émissions de GES et de stockage additionnel de carbone réalisés par les secteurs diffus (agriculture, forêt, etc.).

L'aviation civile adopte des critères de compensation carbone

Actu Environnement
L'aviation civile adopte des critères de compensation carbone
Le conseil de l'Organisation internationale de l'aviation civile (OACI) a fixé, le 6 mars, les critères qui seront utilisés pour évaluer les unités des émissions et les projets présentés dans le cadre du programme de Compensation et de réduction d...

La loi biodiversité introduit des dispositions controversées sur la compensation écologique

Actu Environnement
La loi biodiversité introduit des dispositions controversées sur la compensation écologique
La loi sur la biodiversité autorise la compensation écologique par l'acquisition d'unités de compensation. Des critiques s'élèvent contre le principe même de la compensation et contre le risque de financiarisation de la nature.

La compensation carbone n'est pas du greenwashing: elle est fondamentale à l'atteinte de la neutralité carbone

La Tribune
La compensation carbone n'est pas du greenwashing: elle est fondamentale à l'atteinte de la neutralité carbone
OPINION. Ce mécanismes constitue une solution de transition indispensable pour contribuer à l'atteinte de la neutralité carbone dans les meilleurs délais. S'en priver retarderait de plusieurs décennies nos chances d'y parvenir. Par Gérald Maradan, co-fondateur d'EcoAct