La loi biodiversité se fracture sur le principe de non-régression du droit de l'environnement

Actu Environnement, le
Par
#Nature / Ecologie
La loi biodiversité se fracture sur le principe de non-régression du droit de l'environnement
La commission mixte paritaire a buté sur l'inscription du principe de non-régression du droit de l'environnement dans le projet de loi biodiversité. Mais il ne s'agit là que de la face émergée de l'iceberg des dissensions.
Articles qui devraient vous intéresser :

Pour l'inscription du principe de non-régression du droit de l'environnement !

Actu Environnement
Pour l'inscription du principe de non-régression du droit de l'environnement !
Le principe de non-régression du droit de l'environnement mobilise les ONG à quelques jours de la reprise de l'étude du projet de loi biodiversité. Dans une tribune commune, elles appellent les parlementaires et le gouvernement à en faire un princ...

Le principe de non-régression du droit de l'environnement est désormais inscrit dans la loi

Actu Environnement
Le principe de non-régression du droit de l'environnement est désormais inscrit dans la loi
L'Assemblée nationale a adopté le principe de non-régression du droit de l'environnement dans le projet de loi sur la biodiversité, malgré une vive opposition. Ses détracteurs craignent la portée juridique de cette inscription.

L'arrêté pesticides pourrait tomber pour violation du principe de non-régression du droit de l'environnement

Actu Environnement
L'arrêté pesticides pourrait tomber pour violation du principe de non-régression du droit de l'environnement
Plusieurs ONG attaquent l'arrêté de mai 2017 sur l'utilisation des pesticides devant le Conseil d'Etat. Elles dénoncent une violation du principe de non-régression du droit de l'environnement récemment inscrit dans la loi.

Principe de non-régression : le Conseil d'Etat valide le droit de dérogation accordé aux préfets

Actu Environnement
Principe de non-régression : le Conseil d'Etat valide le droit de dérogation accordé aux préfets
Le pouvoir de dérogation accordé aux préfets ne viole ni la Constitution ni la loi selon le Conseil d'Etat, qui valide l'expérimentation lancée fin 2017 et rejette toute atteinte au principe de non-régression du droit de l'environnement.