Vous mangez de la viande clonée sans le savoir

Bio à la Une, le
Par
Vous mangez de la viande clonée sans le savoir
De la viande clonée dans les assiettes des européens En Europe, les produits issus du clonage ne sont pas étiquetés en tant que tel, et le consommateur n'a aucun moyen de connaître l'origine de sa viande ou de son lait. Chaque année, l’Union Européenne importe depuis les États-Unis et l'Argentine entre 300 000 et 500 000 tonnes de viande issue du clonage. Or ceux-ci ne sont pas nécessairement indiqués en tant que tel. Un étiquetage obligatoire que réclame le Parlement européen à l’unanimité mais que la Commission européenne ne semble pas décidée à faire adopter. Fin 2013, la Commission européenne proposait d’interdire le clonage animal à but alimentaire au sein de l’UE et d’interdire l’importation d’animaux clonés, tout en...
Articles qui devraient vous intéresser :

Le « flexitarisme », un régime encore flou récupéré par le lobby de la viande

Le Monde
Le « flexitarisme », un régime encore flou récupéré par le lobby de la viande
Faute de définition officielle, si ce n’est une consommation limitée de viande, la profession accapare le terme et vante le « mangez mieux » à défaut du mangez moins.

20 ans après Dolly, de la viande clonée dans nos assiettes ?

Le Point
20 ans après Dolly, de la viande clonée dans nos assiettes ?
Le clonage à des fins agricoles est pratiqué dans plusieurs régions du monde, mais l'Europe résiste, malgré des problèmes d'étiquetage.

Corinne Lepage : «Sans l'Union européenne, on mangerait de la viande clonée»

Le Parisien
Corinne Lepage : «Sans l'Union européenne, on mangerait de la viande clonée»
Avant d'être nommée ministre de l'Environnement du gouvernement Juppé en 1995, Corinne Lepage avait déjà associé son nom et celui de son cabinet d'avocat à la défense des victimes de la marée noire de...

Pour sauver la planète, mangez 90% de viande en moins

L'express
Pour sauver la planète, mangez 90% de viande en moins
Il est urgent d'adapter nos habitudes alimentaires avant 2050, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature.