Mais où sont donc passés les maraîchers franciliens ?

Terra Eco, le
Par
Mais où sont donc passés les maraîchers franciliens ?
L'Américaine et expatriée Emily Dilling, amoureuse de la cuisine française, a recensé, sur son blog Paris Paysanne, tous les marchés parisiens où sont présents des producteurs. Comme beaucoup d'Américains avant moi, je partage un amour pour la cuisine, la nourriture, et la culture françaises. J'ai grandi avec les livres de cuisine de ma mère, la plupart écrits par des femmes inspirées par leurs expériences de vie dans l'Hexagone. Il y avait la grande icône Julia Child, avec ses recettes françaises (...) - Conso / France, Alimentation, Agriculture, Data
Articles qui devraient vous intéresser :

Ecoles polluées : plus de la moitié des établissements franciliens en vigilance renforcée

Actu Environnement
Ecoles polluées : plus de la moitié des établissements franciliens en vigilance renforcée
Robin des bois divulgue les diagnostics de pollution des établissements scolaires d'Ile-de-France. Plus de la moitié doivent faire l'objet d'une vigilance renforcée. D'autres, passés au travers des diagnostics, défraient aujourd'hui la chronique.

Neige : huit départements franciliens encore en vigilance orange

Le Monde
Neige : huit départements franciliens encore en vigilance orange
Les habitants des départements franciliens vont faire face aux gelées et aux chaussées glissantes, samedi. Dans les transports, il y a un retour à la normale.

Pollution de l'air : restreindre le trafic routier réduirait sensiblement l'exposition des Franciliens aux NOx

Actu Environnement
Pollution de l'air : restreindre le trafic routier réduirait sensiblement l'exposition des Franciliens aux NOx
Airparif a évalué les réductions d'émissions polluantes associées à une restriction progressive du trafic en Ile-de-France. Le scénario le plus ambitieux permettrait de réduire de 91% le nombre de Franciliens exposés aux NOx.

L’empreinte écologique des Franciliens s’allège

Le Monde
L’empreinte écologique des Franciliens s’allège
Grâce aux progrès réalisés en matière de transports, l’empreinte écologique des Franciliens s’est réduite au cours des dix dernières années. Elle reste cependant très supérieure à la « biocapacité » de la région.