Klee Benally, un Amérindien contre le capitalisme

Rue89, le
Par
#Rue89 Culture #Monde #Indiens d'Amérique

    Klee Benally, un Amérindien contre le capitalisme
Il existe des peuples que rien, jamais, ne pourra réduire au silence. Parce que l’esprit qui les habite est plus puissant que toutes les conquêtes, qu’il résiste même aux exterminations et aux génocides. Pendant des siècles. La vigueur irréductible de cette voix, la justesse de son propos, c’est l’évidence qui frappe en écoutant le superbe album de Klee Benally, disponible sur son site en téléchargement payant ou gratuit, selon les moyens de chacun. Ce que vous donnerez viendra en soutien à son action quotidienne pour la préservation de la culture amérindienne. Et si vous ne...
Articles qui devraient vous intéresser :

Comment le capitalisme va croquer l'économie du partage

Terra Eco
Comment le capitalisme va croquer l'économie du partage
L'économie du partage connaît un essor fulgurant. Et fait de plus en plus d'envieux. Entre les entreprises traditionnelles qui la récupèrent et les start-up du domaine qui utilisent les outils du capitalisme, les frontières sont devenues floues.

« La voie vers un capitalisme responsable et durable est tracée » Éric Fourel, EY

La Tribune
« La voie vers un capitalisme responsable et durable est tracée » Éric Fourel, EY
« Le capitalisme tel que nous le connaissons est mort », a affirmé à Davos Marc Benioff, PDG de l’éditeur de logiciels Salesforce. Selon Éric Fourel, country managing partner France chez EY, un système combinant recherche du profit et respect des impératifs sociétaux pourrait lui...

Les engagements amazoniens d’Emmanuel Macron ne convainquent pas les ONG

Le Monde
Les engagements amazoniens d’Emmanuel Macron ne convainquent pas les ONG
Le président français a rencontré le chef amérindien Raoni Metuktire à l’issue du G7, alors que le sort de la forêt primaire brésilienne suscite inquiétudes et émotion.

Evo Morales : « Pour sauver le climat, c'est le capitalisme qu'il faut éradiquer »

Terra Eco
Evo Morales : « Pour sauver le climat, c'est le capitalisme qu'il faut éradiquer »
Le chef d'Etat bolivien a réitéré ses attaques contre le capitalisme coupable selon lui « de détruire la planète ». Il est arrivé vêtu d'un seyant costume sombre brodé de rose et de motifs incas. Il y a six ans, en 2009 à Copenhague, il avait fait le show avec son compère vénézuélien...