« La phase politique fait toujours plus évoluer les choses »

Terra Eco, le
Par
« La phase politique fait toujours plus évoluer les choses »
A mi-parcours de la COP21, alors qu'un texte est désormais sur la table de la présidence française, Pierre Radanne, membre de la délégation française, décrypte les enjeux de la seconde phase de négociation. Terra eco : C'est la mi-temps de la conférence. Où en est-on du texte d'accord ? Pierre Radanne : Ce que les négociateurs ont fait pendant la première semaine, c'est ranger le texte, le comprimer, sans supprimer les différentes options. La négociation politique est devant nous. On va vers un accord (...) - COP21 / France, Monde, Climat, Interview
Articles qui devraient vous intéresser :

Automobile Propre fait évoluer son site Internet

Automobile Propre
Automobile Propre fait évoluer son site Internet
9 ans après le lancement du site, Automobile Propre continue d’évoluer et met en place une nouvelle version de son site Internet. Une première phase dans un chantier de transformation bien plus large…

L'intelligence artificielle peut-elle remplacer l'intelligence humaine?

L'express
L'intelligence artificielle peut-elle remplacer l'intelligence humaine?
Avec L'Ordre étrange des choses, Antonio Damasio apporte une contribution déterminante au débat majeur des prochaines décennies: comment va évoluer la relation entre l'homme et la machine?

La seconde phase des assises de l'eau met l'accent sur l'adaptation au changement climatique

Actu Environnement
La seconde phase des assises de l'eau met l'accent sur l'adaptation au changement climatique
C'est aujourd'hui que s'ouvre la seconde phase des assises de l'eau avec la réunion du premier comité de pilotage. Après une première phase, d'avril à juillet, axée sur le petit cycle, c'est désormais sur le grand cycle que les acteurs se concentr...

Modernisation de l'action publique territoriale : où est la simplification ?

Actu Environnement
Modernisation de l'action publique territoriale : où est la simplification ?
La première loi de décentralisation n'est pas sans incidence sur la compétence des collectivités territoriales en matière d'environnement et d'énergie. Pas sûr pour autant qu'elle éclaircisse les choses.