« Nos droits fondamentaux sont conditionnés par le respect du droit de la nature à exister et s’épanouir »

Le Monde, le
« Nos droits fondamentaux sont conditionnés par le respect du droit de la nature à exister et s’épanouir »
Dans une tribune au « Monde » la juriste Valérie Cabanes considère que nous devons rompre avec un ordre juridique qui considère la nature comme une propriété, ce qui confère au propriétaire le droit de l’exploiter, l’endommager ou la détruire.
Articles qui devraient vous intéresser :

Violation des droits environnementaux : ouverture du tribunal des droits de la nature

Actu Environnement
Violation des droits environnementaux : ouverture du tribunal des droits de la nature
Aujourd'hui s'ouvre le 4e tribunal des droits de la nature à Bonn (Allemagne). Cette initiative citoyenne a été lancée par le réseau Global Alliance for the Rights of Nature (GARN) en 2014. L'objectif ? Mettre en lumière des situations de destru...

Climat 2019. Valérie Cabanes : « Reconnaître la nature comme sujet de droit »

Le Monde
Climat 2019. Valérie Cabanes : « Reconnaître la nature comme sujet de droit »
La juriste spécialisée dans les droits de l’homme et le droit humanitaire, combat pour faire reconnaître l’écocide, ou crime contre l’environnement.

Comment mobiliser les collectivités au respect du droit de l'environnement ?

Actu Environnement
Comment mobiliser les collectivités au respect du droit de l'environnement ?
Alors que la France est sous le joug de plusieurs condamnations pour non respect du droit de l'environnement, le Gouvernement tente de mettre à contribution les collectivités pour le paiement des amendes. Mais elles font de la résistance.

Covid-19 : la requête de pompiers contre l’obligation vaccinale en France rejetée par la Cour européenne des droits de l’homme

Le Monde
Covid-19 : la requête de pompiers contre l’obligation vaccinale en France rejetée par la Cour européenne des droits de l’homme
Une partie des 253 000 sapeurs-pompiers de France montaient au créneau contre la mesure au début du mois. Ils invoquaient le « droit au respect de la vie privée et familiale ».