Atmos Avocats : une nouvelle marque en droit de l’environnement

Actu Environnement, le
Par
#Publi-reportage Environnement
Atmos Avocats : une nouvelle marque en droit de l’environnement
Suite au retrait de Christian Huglo et Corinne Lepage, la Selarl Huglo Lepage et Associés a changé de nom pour devenir la Selarl Atmos Avocats au 1er janvier 2018. Trois questions à Marie-Pierre Maître sur la stratégie du cabinet.
Articles qui devraient vous intéresser :

Droit de l'environnement piloté par le CNTE : treize juristes dénoncent une nouvelle régression

Actu Environnement
Droit de l'environnement piloté par le CNTE : treize juristes dénoncent une nouvelle régression
"Le gouvernement va tenter de passer une nouvelle étape dans la régression [du droit de l'environnement], à l'occasion de la prochaine réunion, prévue jeudi 14 novembre, du Conseil national de la transition écologique (CNTE)", estiment treize avocats, professeurs de droit et juristes dans une...

Convention judiciaire d'intérêt public : l'État mise sur le droit pénal pour protéger l'environnement

Actu Environnement
Convention judiciaire d'intérêt public : l'État mise sur le droit pénal pour protéger l'environnement
Que va changer le projet de loi relatif au Parquet européen et à la justice pénale spécialisée, présenté fin janvier ? Analyse de Laura Picavez, avocate en droit de l'environnement, cabinet Gossement Avocats.

Une nouvelle espèce protégée : les projets

Actu Environnement
Une nouvelle espèce protégée : les projets
La réforme du droit de l'environnement lancée en 2013 aboutit trois ans après à une nouvelle mouture de l'autorité, de l'évaluation et du dialogue environnementaux. Gabriel Ullmann, Docteur en droit, expert judiciaire spécialisé en environnement, ...

La réforme de l'étude d'impact marque-t-elle une régression de droit de l'environnement ?

Actu Environnement
La réforme de l'étude d'impact marque-t-elle une régression de droit de l'environnement ?
L'ordonnance et le décret qui modifient le droit de l'étude d'impact sont publiés. La réforme pourrait marquer une régression du droit de l'environnement notamment par un recours massif à la procédure de cas par cas.