ICPE : trois nouvelles activités bénéficient du régime d'autorisation simplifiée

Actu Environnement, le
Par
#Risques
ICPE : trois nouvelles activités bénéficient du régime d'autorisation simplifiée
Un décret fait passer trois activités du régime de l'autorisation à celui de l'enregistrement, moins contraignant. Sont concernées la réparation automobile, l'application de vernis et certaines chaudières.
Articles qui devraient vous intéresser :

ICPE : les activités concernées par l'extension du régime d'enregistrement

Actu Environnement
ICPE : les activités concernées par l'extension du régime d'enregistrement
Après deux premières vagues d'extension du régime d'enregistrement, le Gouvernement entend faire bénéficier toute une série de nouvelles activités de ce régime d'autorisation simplifiée qui dispense d'étude d'impact et d'enquête publique.

ICPE : le Gouvernement souhaite passer trois nouvelles activités sous le régime d'enregistrement

Actu Environnement
ICPE : le Gouvernement souhaite passer trois nouvelles activités sous le régime d'enregistrement
L'exécutif poursuit son programme de déclassement d'ICPE du régime de l'autorisation vers celui de l'enregistrement. Il met en consultation un projet touchant la réparation auto, l'application de vernis et certains procédés de chauffage.

ICPE : les centrales d'enrobage passent au régime d'enregistrement

Actu Environnement
ICPE : les centrales d'enrobage passent au régime d'enregistrement
La réglementation des centrales d'enrobage au bitume de matériaux routiers est simplifiée. Un décret modifiant la nomenclature des installations classées (ICPE), publié le 11 avril au Journal officiel, supprime le régime d'autorisation au profit d...

Le régime d'enregistrement des ICPE permet de gagner en efficacité sans baisser le niveau d'exigence

Actu Environnement
Le régime d'enregistrement des ICPE permet de gagner en efficacité sans baisser le niveau d'exigence
Alors que le régime d'autorisation simplifiée vient d'être étendu à de nouvelles installations classées, Jérôme Goellner, chef du service des risques technologiques au ministère de l'Ecologie, fait pour Actu-environnement un point sur son application.