Accident mortel sur le site de stockage nucléaire de Bure

Terra Eco, le
Par
Accident mortel sur le site de stockage nucléaire de Bure
Un mort et un blessé. C'est le bilan d'un éboulement survenu dans une galerie du laboratoire souterrain de l'Agence nationale de la gestion des déchets nucléaires (Andra) de Bure (Meuse). C'est là, à quelque 500 mètres sous terre, que le site doit accueillir des déchets de « haute activité » et de « moyenne activité à vie longue » à l'horizon 2025 dans le cadre du projet Cigéo, très contesté par les associations. Selon le service de communication de l'Andra, citée par France Bleu, c'est le deuxième accident (...) - Les Brèves / France, Nucléaire
Articles qui devraient vous intéresser :

Eboulement mortel sur le site de stockage de déchets nucléaires de Bure

Le Parisien
Eboulement mortel sur le site de stockage de déchets nucléaires de Bure
Un éboulement s'est produit sur le site du laboratoire souterrain destiné au stockage des déchets nucléaires à Bure (Meuse). Une personne est décédée et une autre est dans un état grave, ont déclaré les...

Eboulement mortel sur le site d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure

Le Monde
Eboulement mortel sur le site d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure
Au moins une personne a été tuée et une autre gravement blessée dans l’accident inédit sur ce site.

Déchets radioactifs : le gouvernement ouvre un site en ligne dédié au projet de Bure

Actu Environnement
Déchets radioactifs : le gouvernement ouvre un site en ligne dédié au projet de Bure
Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Sébastien Lecornu, a lancé jeudi 20 septembre, un site d'information et de ressources dédié au projet de stockage géologique de déchets radioactifs à Bure (Meuse). Le lancement d...

L'enfouissement des déchets radioactifs à Bure repoussé

France Info
L'enfouissement des déchets radioactifs à Bure repoussé
Confronté à l'opposition d'une partie de la population, le site de stockage de déchets radioactifs de Bure, dans la Meuse, ne devrait pas voir le jour avant de nombreuses années. L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs a retardé ce mardi la phase du projet pilote à 2025.