Pour que l’Europe n’oublie pas l’Arctique

Rue89, le
Par
#pôle Nord #sénat #Europe #Monde #Tribune
Depuis plusieurs mois, les tensions se multiplient autour de l’Arctique. Certaines ont une audience, sinon des répercussions internationales : on pense à l’arrestation pour piraterie organisée puis pour hooliganisme, par les autorités russes, de militants de Greenpeace venus protester contre l’exploitation d’hydrocarbures, avant qu’ils ne soient finalement amnistiés. D’autres se jouent pour le moment à un niveau plus local, même si elles auront des conséquences qui excèderont les seuls habitants de la région : on pense cette fois-ci à la décision contestée des...
Articles qui devraient vous intéresser :

Il a fait plus chaud en Arctique qu'en Europe : pourquoi ?

Futura Sciences
Il a fait plus chaud en Arctique qu'en Europe : pourquoi ?
Au moment où s'installe le glacial « Moscou-Paris » sur l’Europe de l’Ouest, les températures en Arctique sont extraordinairement élevées. Le phénomène est de plus en plus fréquent et intense dans cette région où, pourtant, le Soleil ne se lèvera pas avant mars.

Arctique : l'Europe doit prendre ses responsabilités

Actu Environnement
Arctique : l'Europe doit prendre ses responsabilités
Tiraillée entre des possibilités économiques grandioses et des risques environnementaux démesurés, l'Union européenne doit adopter une position claire sur l'Arctique.

La banquise Arctique atteint son minimum annuel

Natura Sciences
La banquise Arctique atteint son minimum annuel
- Il semblerait que la banquise arctique ait atteint son étendue minimale de l'année le 17 septembre, selon le National Snow and Ice Data Center (NSIDC). Sur l’ensemble de l’Arctique, la banquise pluriannuelle couvrait ce jour 5,02 millions de km2 selon les chiffres préliminaires. Cet...

Réchauffement climatique : la calotte glaciaire du Canada est condamnée

Futura Sciences
Réchauffement climatique : la calotte glaciaire du Canada est condamnée
Il y a au Canada des vestiges des glaces éternelles datant de la dernière glaciation. Ceux-ci devraient disparaître d'ici 500 ans au plus tard, voire même dans 300 ans, selon des glaciologues, si rien n'est fait pour limiter le réchauffement climatique.