L'exposition prénatale aux phtalates nuit au cerveau

Le Figaro, le
Par
#Santé
L'exposition prénatale aux phtalates nuit au cerveau
Pour la première fois, des chercheurs américains ont établi un lien entre l'exposition in utero à des niveaux élevés de ces substances chimiques, et un quotient intellectuel moindre à l'âge de 7 ans.
Articles qui devraient vous intéresser :

L'exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens provoque des troubles du comportement des enfants

Actu Environnement
L'exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens provoque des troubles du comportement des enfants
Les résultats d'une étude réalisée par l'Inserm démontrent qu'une exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens provoque des troubles de comportements chez les enfants entre trois et cinq ans. Publiés dans la revue Environmental Health P...

Glyphosate : une étude industrielle sur la neurotoxicité de l’herbicide soustraite aux autorités européennes

Le Monde
Glyphosate : une étude industrielle sur la neurotoxicité de l’herbicide soustraite aux autorités européennes
Une étude de 2001 mettant en évidence de possibles effets délétères sur la construction du cerveau d’une exposition prénatale n’a pas été portée à la connaissance de l’Autorité européenne de sécurité des aliments, comme cela aurait dû être le cas. En cause, la firme suisse...

Comment limiter notre exposition aux perturbateurs endocriniens ?

Natura Sciences
Comment limiter notre exposition aux perturbateurs endocriniens ?
-L’exposition aux perturbateurs endocriniens peut être considérablement diminuée en suivant quelques conseils simples. Étudions-en quelques-uns, souvent donnés par les ONG et les médecins sensibilisés au problème. L'alimentation est la source d'exposition principale aux phtalates et au...

Le risque de cancer du sein quadruplé par l'exposition au DDT

Le Figaro
Le risque de cancer du sein quadruplé par l'exposition au DDT
Une exposition prénatale au DDT, un puissant insecticide connu pour perturber le système hormonal des individus, pourrait multiplier le risque de cancer du sein par quatre.