Les sénateurs facilitent les possibilités de constructions en zones agricoles, naturelles et forestières

Actu Environnement, le
Par
#Aménagement
Les sénateurs facilitent les possibilités de constructions en zones agricoles, naturelles et forestières
Dans le cadre des discussions sur le projet de loi logement, les sénateurs ont assoupli l'encadrement de l'aménagement dans les zones agricoles, naturelles et forestières. Zoom sur les nouvelles dispositions.
Articles qui devraient vous intéresser :

Nouvelle carte des zones agricoles défavorisées : des communes de l’Aude craignent de « tout perdre »

Le Monde
Nouvelle carte des zones agricoles défavorisées : des communes de l’Aude craignent de « tout perdre »
Dans ce département, un canton dépendant de l’agriculture se mobilise pour faire reconnaître ses conditions naturelles difficiles. Agriculteurs et élus sont solidaires face à la réforme de la carte des zones agricoles défavorisées.

Constructions illégales : l'impossibilité de démolir pose une question de constitutionnalité

Actu Environnement
Constructions illégales : l'impossibilité de démolir pose une question de constitutionnalité
Par une décision du 12 septembre 2017, la Cour de cassation a transmis au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les possibilités de démolition des constructions illégales. Les demanderesses, de...

Énergie Est traversera des zones naturelles protégées et fragiles

Le Devoir
Énergie Est traversera des zones naturelles protégées et fragiles
En plus des terres agricoles, le pipeline Énergie Est de TransCanada doit traverser des zones...

Blocages, opérations escargot : le gouvernement contraint de revoir les zones agricoles défavorisées en Occitanie

Le Monde
Blocages, opérations escargot : le gouvernement contraint de revoir les zones agricoles défavorisées en Occitanie
Plus de 1 000 communes sont concernées par une réforme des zones agricoles, qui débouchera sur de nouvelles aides financières en provenance de l’Europe (75 %) et de l’Etat (25 %).