Pollution de l'air : le Tribunal administratif de Paris reconnaît lui aussi la carence fautive de l'Etat

Actu Environnement, le
Par
#Risques
Pollution de l'air : le Tribunal administratif de Paris reconnaît lui aussi la carence fautive de l'Etat
Après le Tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis) fin juin, c'est au tour de celui de Paris de reconnaître la carence fautive de l'Etat en raison de l'insuffisance des mesures prises en Ile-de-France pour réduire la pollution atmosp...
Articles qui devraient vous intéresser :

Affaire du siècle : une carence fautive de l'État selon la rapporteure publique

Actu Environnement
Affaire du siècle : une carence fautive de l'État selon la rapporteure publique
La très médiatique action judiciaire mettant en cause l'État pour inaction climatique était devant le tribunal ce 14 janvier. La rapporteure reconnaît une carence fautive mais ne propose pas d'injonction immédiate à agir.

Une victime de la pollution de l’air attaque l’Etat

Le Monde
Une victime de la pollution de l’air attaque l’Etat
Un premier recours pour « carence fautive de l’Etat » doit être déposé mercredi devant le tribunal administratif de Paris. D’autres devraient suivre dans plusieurs régions.

Pollution de l’air : le premier procès d’une mère et de sa fille contre l’Etat

Le Monde
Pollution de l’air : le premier procès d’une mère et de sa fille contre l’Etat
Le tribunal administratif de Montreuil examine mardi un recours pour « carence fautive » de l’Etat. Souffrant de problèmes respiratoires, les plaignantes réclament 160 000 euros d’indemnisation.

Pollution de l'air : la justice reconnaît la faute de l'État dans la vallée de l'Arve, mais ne le condamne pas

Actu Environnement
Pollution de l'air : la justice reconnaît la faute de l'État dans la vallée de l'Arve, mais ne le condamne pas
  Le tribunal administratif de Grenoble a rejeté, le 24 novembre, neuf requêtes de citoyens demandant la condamnation de l'État en raison de la pollution de l'air dans la vallée de l'Arve (Haute-Savoie). Le tribunal reconnaît pourtant une faute d...