1975-2012 : le parcours des réfugiés en une carte

Terra Eco, le
Par
1,4 million en 1975, près de 18 millions en 2012, dont plus de 5 millions d'Afghans. C'est le nombre de personnes contraintes de quitter leur pays en emportant avec eux le minimum. A travers le « Refugee project », Hyperakt, une agence de design new-yorkaise, a décidé de transformer les données officielles de l'ONU en une carte interactive. Mais attention, précise le site, seuls les réfugiés placés sous la protection de l'Agence nationale pour les réfugiés et donc légalement accueillis par des nations (...) - Les Brèves
Articles qui devraient vous intéresser :

« Les mouvements de population de grande ampleur ont un impact environnemental »

Le Monde
« Les mouvements de population de grande ampleur ont un impact environnemental »
Avant le Forum mondial sur les réfugiés, qui doit se tenir les 17 et 18 décembre à Genève, le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, s’engage, dans une tribune au « Monde », à ce que les camps de réfugiés aient accès à une énergie abordable, fiable...

Un monde sans lions ? La carte qui annonce la fin du roi des animaux

Rue89

    Un monde sans lions ? La carte qui annonce la fin du roi des animaux
Rue89 : Il y avait encore 250 000 lions dans le monde en 1975, ils ne sont plus que 30 000 aujourd'hui. Pour comprendre pourquoi, il suffit de regarder cette carte diffusée à l'occasion, ce dimanche, de la Journée mondiale des lions (oui, ça existe...).Sur cette carte éloquente, les...

Réfugiés climatiques : et voguent les galères

Terra Eco
Réfugiés climatiques : et voguent les galères
Découvrez en images, en infographies et en liens les relations entre changement climatique et réfugiés.

La crise sanitaire a « significativement aggravé » la situation des réfugiés

Le Monde
La crise sanitaire a « significativement aggravé » la situation des réfugiés
La pandémie de Covid-19, en entraînant la fermeture des frontières nationales puis, pendant les confinements, celle de certaines administrations, a rendu le parcours des personnes cherchant à immigrer en Europe encore plus complexe qu’à l’accoutumée.