« La compensation risque de devenir un “droit à détruire” »

Terra Eco, le
Par
« La compensation risque de devenir un “droit à détruire” »
Les députés planchent cette semaine sur la loi biodiversité. Au menu, le renforcement du principe qui veut que toute destruction de nature soit « réparée » via la préservation d'autres zones. Une démarche périlleuse, selon la philosophe Virginie Maris. Peut-on se racheter d'avoir bétonné des hectares de forêts en plantant des haies ? Se dédouaner d'avoir détruit des coins de nature en en préservant d'autres ? En 1976, le « principe de compensation » apparait dans le droit français. Allègrement contournée (...) - Nature / France, Politique, Biodiversité, Entretien
Articles qui devraient vous intéresser :

La loi biodiversité introduit des dispositions controversées sur la compensation écologique

Actu Environnement
La loi biodiversité introduit des dispositions controversées sur la compensation écologique
La loi sur la biodiversité autorise la compensation écologique par l'acquisition d'unités de compensation. Des critiques s'élèvent contre le principe même de la compensation et contre le risque de financiarisation de la nature.

Compenser pour panser la biodiversité en péril ?

Actu Environnement
Compenser pour panser la biodiversité en péril ?
Au lendemain de la consultation sur Notre-Dame-des-Landes, Parlons Pro se penche sur la compensation écologique. Ce procédé dit de réparation de la nature est-il efficace ? Accusée d'être un permis de détruire, la compensation fait débat à l'heure...

Le mécanisme des réserves d'actifs naturels entre en vigueur

Actu Environnement
Le mécanisme des réserves d'actifs naturels entre en vigueur
La compensation écologique par l'offre est désormais officiellement reconnue. Deux décrets viennent encadrer l'agrément des sites naturels de compensation. Une garantie suffisante pour prévenir tout risque de financiarisation de la biodiversité ?

« Nos droits fondamentaux sont conditionnés par le respect du droit de la nature à exister et s’épanouir »

Le Monde
« Nos droits fondamentaux sont conditionnés par le respect du droit de la nature à exister et s’épanouir »
Dans une tribune au « Monde » la juriste Valérie Cabanes considère que nous devons rompre avec un ordre juridique qui considère la nature comme une propriété, ce qui confère au propriétaire le droit de l’exploiter, l’endommager ou la détruire.