Un vendredi noir pour la planète et les droits humains

Greenpeace, le
Par
Un vendredi noir pour la planète et les droits humains
Ce vendredi, c'est le Black Friday, ce vendredi noir des super promotions venu des Etats-Unis. Autant vous dire que la surproduction et l'hyperconsommation entraînées ce jour-là, ça ne fait pas les affaires de la planète ni des petites mains qui fabriquent tous ces produits dont, souvent, on n'a même pas besoin. En revanche le géant Amazon, lui, a tout à y gagner. Des associations (dont Greenpeace) et des personnalités se mobilisent "contre Amazon et son monde", et son désastre écologique et social. Rejoignez-nous. Cet article Un vendredi noir pour la planète et les droits humains est apparu en premier sur Greenpeace France.
Articles qui devraient vous intéresser :

Les défenseurs des droits à la terre de plus en plus menacés

Le Monde
Les défenseurs des droits à la terre de plus en plus menacés
La FIDH s’alarme du nombre croissant de violations des droits humains engendrées par les accaparements de terres.

Samsung : violation des droits humains dans ses usines ?

GreenIT.fr
Samsung : violation des droits humains dans ses usines ?
Une plainte a été déposée par deux ONG pour dénoncer des conditions de travail inhumaines dans les usines de Samsung. Cet article Samsung : violation des droits humains dans ses usines ? est apparu en premier sur Green IT.

“Anthropause”, quand la vie sauvage reprend ses droits

Courrier International
“Anthropause”, quand la vie sauvage reprend ses droits
Pendant le confinement, les mouvements humains ont été ralentis et la vie sauvage a repris ses droits dans plusieurs endroits du globe. Les scientifiques estiment que cette “pause” mondiale offre une rare occasion d’étudier les conséquences des activités humaines sur les animaux.

Trois fleuves ont à présent les mêmes droits que les humains

Le Devoir
Trois fleuves ont à présent les mêmes droits que les humains
Deux fleuves indiens, le Gange et le Yamuna, avaient déjà le statut de cours d’eau « sacrés ». Mais un jugement de la haute Cour de l’État d’Uttarakhand, rendu le 20 mars, fait d’eux des « entités vivantes », avec tous les droits associés.