N'arrachez plus les herbes de vos rues, photographiez-les

Terra Eco, le
Par
N'arrachez plus les herbes de vos rues, photographiez-les
Grâce à au projet « Sauvages de ma rue », des citoyens scrutent, surveillent et photographient les plantes sauvages urbaines. Et les scientifiques se chargent ensuite de faire parler ces données. Dans les sillons du bitume, le long des murs et malgré les pavés, les plantes sauvages colonisent fièrement chaque bout de trottoir. En général, nous ne les voyons pas. Souvent, elles sont chassées à coup de pesticides. Mais, depuis 2011, quelques centaines de citoyens les scrutent, les surveillent, les (...) - Nature / Urbanisme, Alimentation, Biodiversité, Bois-forêts, Ville
Articles qui devraient vous intéresser :

Etats-Unis : les mauvaises herbes envahissent les champs d'OGM

Le Parisien
Etats-Unis : les mauvaises herbes envahissent les champs d'OGM
Après les mauvaises herbes, les «super mauvaises herbes». Les agriculteurs américains font face à la prolifération de ces végétaux devenus résistants aux herbicides. La faute aux organismes...

A Nantes, une mystérieuse graffeuse nomme les plantes des rues

Terra Eco
A Nantes, une mystérieuse graffeuse nomme les plantes des rues
Pour les faire connaître à tous, une artiste peint le nom des végétaux des trottoirs de son quartier. L'initiative a séduit la France via Facebook. « Dans mon quartier de Chantenay, à Nantes, un botaniste lettré, aussi savant qu'anonyme, a redonné leurs noms aux herbes sauvages des rues....

N’apportez plus votre ordonnance : photographiez-la

L'avenir
N’apportez plus votre ordonnance : photographiez-la
Le Liégeois Bernard Delvenne a lancé une application mobile qui met les patients et les pharmaciens en contact. L’officine du XXIe siècle a bien débarqué.

Australie : spectaculaire invasion d’herbes sèches dans la région de Melbourne

Le Monde
Australie : spectaculaire invasion d’herbes sèches dans la région de Melbourne
La petite ville de Wangaratta, au nord de Melbourne, est envahie par des herbes sèches dites « Panicum effusum », soit la « panique chevelue ».