Le maïs est-il économe en eau (à Sivens et ailleurs) ?

Terra Eco, le
Par
Le maïs est-il économe en eau (à Sivens et ailleurs) ?
Dénoncée par les opposants au barrage du Tarn, la céréale est ardemment défendue par l'industrie agroalimentaire. Et si la plante n'avait tout simplement rien à faire en France ? Vendredi 6 mars, le conseil général du Tarn a tranché : le barrage de Sivens sortira de terre. Pour quoi faire ? Depuis le lancement de ce projet, aux dimensions désormais incertaines, ses opposants, l'eurodéputé Europe Ecologie - Les Verts José Bové en tête, dénoncent inlassablement « un cadeau au lobby des maïsiculteurs ». Ses (...) - Actu / France, Agriculture, Décryptage
Articles qui devraient vous intéresser :

Sivens : les zadistes rejettent les nouveaux projets

Le Parisien
Sivens : les zadistes rejettent les nouveaux projets
Les zadistes occupant le site du barrage de Sivens (Tarn) se sont déclarés lundi «satisfaits» de l'abandon du projet initial, mais ont souligné leur «complet désaccord» avec les deux options...

Barrage de Sivens : un besoin surestimé mais un projet difficile à arrêter

Le Parisien
Barrage de Sivens : un besoin surestimé mais un projet difficile à arrêter
La mort ce week-end d'un jeune opposant au barrage de Sivens (Tarn) a braqué les projecteurs sur ce projet très contesté par les écologistes. Ce lundi après-midi, des ingénieurs des ponts, des eaux...

Arbitrage pour le barrage de Sivens d’ici la fin de l’année

Natura Sciences
Arbitrage pour le barrage de Sivens d’ici la fin de l’année
- Ségolène Royal a tenu une conférence de presse mardi 4 novembre en soirée sur l'avenir du barrage de Sivens. Elle a annoncé qu'elle enverra 3 experts à Sivens dès la fin de la semaine. Décideront-ils de réajuster le volume du barrage actuel ou de faire un ouvrage alternatif ? Ils devront...

L’ouvrier, le soldat et l’idéologue : à Sivens, portrait de trois zadistes

Rue89

    L’ouvrier, le soldat et l’idéologue : à Sivens, portrait de trois zadistes
Trois occupants de la zone à défendre du Testet ont accepté d'abandonner leur poste pour témoigner, en vidéo, des raisons de leur présence et de leurs conditions d'existence dans la forêt de Sivens.