Extinction Rebellion : pourquoi le collectif s’impose en France

Le Parisien, le
Extinction Rebellion : pourquoi le collectif s’impose en France
PODCAST. Extinction Rebellion a fait l’actualité en octobre. Ses militants ont occupé pendant plusieurs jours la place du Châtelet pour militer contre le changement climatique. Rencontre avec l’un d’entre eux.
Articles qui devraient vous intéresser :

Extinction Rebellion : actions et occupations à Paris contre l’effondrement écologique

Natura Sciences
Extinction Rebellion : actions et occupations à Paris contre l’effondrement écologique
- Le mouvement international Extinction Rebellion lance la Rébellion Internationale d'Octobre. Le 7 octobre commence une série d'actions de désobéissance civile dans une soixantaine de grandes villes du monde entier. En France, plusieurs actions et occupations à durée indéterminée sont...

Extinction Rebellion étend sa « ZAD de Châtelet » à Paris

Natura Sciences
Extinction Rebellion étend sa « ZAD de Châtelet » à Paris
- Depuis lundi 7 octobre, le mouvement Extinction Rebellion occupe la place du Châtelet et ses environs à Paris pour inciter le gouvernement à agir contre l'effondrement écologique. Alors que la "ZAD de Châtelet" tient bon, les militants cherchent à étendre leur zone d'occupation. Reportage...

Extinction Rebellion, un mouvement trop radical  ?

Courrier International
Extinction Rebellion, un mouvement trop radical  ?
Bloquer la circulation, occuper un lieu public… Début octobre, les militants d’Extinction Rebellion ont lancé une nouvelle vague d’actions dans plusieurs métropoles occidentales. Mais leur “désobéissance civile” au nom de l’urgence climatique est loin de faire l’unanimité.

Extinction Rebellion, un mouvement est-il trop radical  ?

Courrier International
Extinction Rebellion, un mouvement est-il trop radical  ?
Bloquer la circulation, occuper un lieu public… Début octobre, les militants d’Extinction Rebellion ont lancé une nouvelle vague d’actions dans plusieurs métropoles occidentales. Mais leur “désobéissance civile” au nom de l’urgence climatique est loin de faire l’unanimité.