3 ans après la catastrophe, les habitants de Fukushima peuvent rentrer chez eux

France Info, le
Par
#Environnement #accident nucléaire #catastrophe Fukushima #Japon
3 ans après la catastrophe, les habitants de Fukushima peuvent rentrer chez eux
Dès le 1er avril prochain, 300 habitants de la région de Fukushima vont pouvoir rentrer chez eux, dans le Nord-Est du Japon. Les habitants avaient du quitter leur domicile suite à la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011. Au cours des deux prochaines années, jusqu'à 30.000 personnes seront autorisées à regagner leur domicile.
Articles qui devraient vous intéresser :

Fukushima : retour sur la tragique catastrophe nucléaire

Futura Sciences
Fukushima : retour sur la tragique catastrophe nucléaire
Il y a six ans, un tsunami ravageait la partie nord-ouest de l'île d’Honshū, au Japon, faisant un nombre considérable de victimes. Situées en bord de mer, deux centrales nucléaires ont été touchées et celle de Fukushima-Daiichi complètement détruite. Retour en arrière sur cette double...

Fukushima: 80% des évacués ne sont pas rentrés chez eux

Challenges
Fukushima: 80% des évacués ne sont pas rentrés chez eux
Après Fukushima, Tokyo a dépensé 25 milliards d’euros dans la décontamination des sites. Pour autant, neuf ans après la catastrophe, plus des trois quarts des 95.000 habitants évacués n’ont toujours pas regagné leur domicile. 

Catastrophe de Fukushima : le chemin vers le démantèlement reste ardu

Actu Environnement
Catastrophe de Fukushima : le chemin vers le démantèlement reste ardu
Huit ans après la catastrophe de Fukushima, l'exploitant de la centrale Tepco, doit toujours résoudre plusieurs difficultés techniques. L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a fait un point sur l'avancée des travaux.

Japon : le blues des pêcheurs de Fukushima, cinq ans après la catastrophe

Le Monde
Japon : le blues des pêcheurs de Fukushima, cinq ans après la catastrophe
Les pêcheurs de la province de Fukushima souffrent encore tous les jours de l’incident nucléaire de 2011. Au-delà du traumatisme lié à la catastrophe, c’est leur outil de travail, la mer, qui a été le plus affecté par la pollution radioactive.