Crise environnementale : dépasser l’opposition cerveau-culture

Le Monde, le
Crise environnementale : dépasser l’opposition cerveau-culture
Thierry Ripoll, enseignant-chercheur en psychologie cognitive, auteur de « Pourquoi détruit-on la planète », interrogé récemment dans le supplément « Science & Médecine », répond aux accusations de réductionnisme que lui valent ses thèses sur le rôle de notre fonctionnement cérébral dans la crise climatique.
Articles qui devraient vous intéresser :

OGM : le gouvernement maintient son opposition malgré le vote des sénateurs

Actu Environnement
OGM : le gouvernement maintient son opposition malgré le vote des sénateurs
Le Sénat a jugé irrecevable la proposition de loi visant à interdire la culture de maïs OGM. Mais le ministre de l'Agriculture campe sur sa position : il va agir au niveau national et européen pour empêcher toute culture transgénique en France.

Devant la menace climatique, chaque cerveau est responsable

Le Monde
Devant la menace climatique, chaque cerveau est responsable
Sébastien Bohler, auteur du « Bug humain » et de « Human psycho », interrogé récemment dans le supplément « Science & médecine », revient sur les accusations de réductionnisme et de déresponsabilisation individuelle que lui valent ses thèses sur le rôle d’une structure...

« Ramener la crise environnementale à notre cerveau, c’est déguiser de l’idéologie politique en vulgarisation scientifique »

Le Monde
« Ramener la crise environnementale à notre cerveau, c’est déguiser de l’idéologie politique en vulgarisation scientifique »
La destruction de l’environnement relève avant tout de choix politiques, et n’a pas grand-chose à voir avec les afflux de dopamine dans le cortex des individus, dénonce dans sa chronique Stéphane Foucart, journaliste au « Monde ».

Un décret soustrait certains projets agricoles à l'évaluation environnementale systématique

Actu Environnement
Un décret soustrait certains projets agricoles à l'évaluation environnementale systématique
Le Gouvernement assouplit les exigences en matière d'évaluation environnementale pour quatre types de projets, en particulier les élevages intensifs et les opérations de remembrement. Et ce, malgré une très forte opposition du public.