L'anorexie atypique, un trouble fréquent chez les autistes mais passé sous silence

L'express, le
L'anorexie atypique, un trouble fréquent chez les autistes mais passé sous silence
De nombreuses personnes autistes ont ou on eu des troubles du comportement alimentaire, troubles dont on parle trop peu.. Voici un article écrit par DS Loupa, membre de l'Association Francophone de Femmes Autistes, sur une forme méconnue de l'anorexie.L'anorexie atypique, c'est sur ce nom surprenant que s'était arrêté un des médecins qui m'avait diagnostiquée dans un centre expert pour personnes handicapées, étonné de découvrir une forme peu connue d'anorexie où lui-même ne savait pas vraiment s'il pouvait appeler cela de l'anorexie tant elle était différente de l'anorexie commune. [...]
Articles qui devraient vous intéresser :

A Ashburn, des jeux vidéo sans manettes pour aider les autistes

L'avenir
A Ashburn, des jeux vidéo sans manettes pour aider les autistes
Le jeu sur l’écran terminé, Sawyer et Michael, 10 ans, se congratulent. Que ces deux jeunes autistes se touchent n’était, il y a peu, pas si fréquent. Ils l’ont appris devant une console de jeu Xbox équipée de Kinect.

Anorexie : quelles sont les nouvelles thérapies ?

Le Figaro
Anorexie : quelles sont les nouvelles thérapies ?
AVIS D'EXPERT- Des études récentes ont remis en question nos connaissances sur les mécanismes de ce trouble alimentaire, explique le Dr Philip Gorwood*.

"Dans ta bulle !", de Julie Dachez : éloge de la différence

L'express
'Dans ta bulle !', de Julie Dachez : éloge de la différence
Actualité littéraireÉloge de la différenceCompte-rendu de lecture du livre de Julie Dachez, Dans ta bulle !, Marabout, 2018, 253 pages C'est un livre atypique que le lecteur tient entre ses mains, atypique à l'image de son auteure, Julie Dachez, qu'il n'est plus besoin...

Traiter l'incontinence urinaire à l'effort chez les femmes

Le Figaro
Traiter l'incontinence urinaire à l'effort chez les femmes
AVIS D'EXPERTS - Le Dr Véronique Phé et le Pr Emmanuel Chartier-Kastler, membres de l'Académie de médecine, expliquent ce trouble fréquent qui touche environ 5 millions de personnes en France.