Vers une loi pour éliminer l'usage du mercure dentaire "toxique" en France

Actu Environnement, le
Par
#Hygiene / Securite / Sante
Vers une loi pour éliminer l'usage du mercure dentaire 'toxique' en France
Les parlementaires écologistes, l'association Non au Mercure Dentaire et le Réseau Environnement Santé ont présenté le 5 décembre une proposition de loi visant à éliminer les amalgames dentaires au mercure au nom du principe de précaution.
Articles qui devraient vous intéresser :

Signature de la Convention de Minamata sur l'interdiction progressive du mercure

Notre Planète
Signature de la Convention de Minamata sur l'interdiction progressive du mercure
139 pays viennent d'adopter au Japon une convention sur l'usage et les émissions de mercure, baptisée « Convention Minamata » en mémoire de cette ville japonaise où des milliers de personnes ont été empoisonnées par des rejets de mercure, un élément trace métallique hautement...

Où se trouve le poisson le plus pollué au mercure ?

LeJDD
Où se trouve le poisson le plus pollué au mercure ?
Le mercure est un métal, toxique, et potentiellement dangereux pour l'organisme, pouvant même dérégler le système nerveux. Or, sa concentration...

La pollution au mercure atteint la fosse des Mariannes !

Futura Sciences
La pollution au mercure atteint la fosse des Mariannes !
Le mercure est naturellement présent dans les écosystèmes. Il y est introduit par les éruptions volcaniques ou par les feux de forêt. Mais les activités humaines — telles que les activités industrielles, l’incinération, l’exploitation minière ou la production d’énergie —...

Mercure dentaire : un scandale sanitaire qui coûtera au moins 82 millions d'euros

Notre Planète
Mercure dentaire : un scandale sanitaire qui coûtera au moins 82 millions d'euros
Pensée magique. Dans son dernier éditorial, le Président de leur Ordre National des Chirurgiens Dentistes (ONCD) estime qu'à l'instar du nuage de Tchernobyl qui s'arrête à nos frontières, l'effet délétère des amalgames dentaires sur les écosystèmes s'exercerait partout ailleurs... mais...