Les plus anciennes traces du passage de l'Homme en Arabie Saoudite découvertes

Futura Sciences, le
Par
#paléontologie #homo sapiens #Arabie Saoudite #désert #péninsule arabique #Fossile #Luminescence optique stimulée #préhistoire #migration #migration de l'Homme moderne #Homme moderne
Les plus anciennes traces du passage de l'Homme en Arabie Saoudite découvertes
Il y a 120.000 ans, se retrouvaient sur les rives d'un lac, les premiers Hommes en partance pour de longues migrations. Dans cette péninsule arabique qui n'était alors que prairies luxuriantes, lacs et rivières ont constitué des points d'étape. Des chercheurs viennent d'y découvrir les...
Articles qui devraient vous intéresser :

L’eau en Arabie Saoudite : le pays de l’or noir en quête d’or bleu

Courrier International
L’eau en Arabie Saoudite : le pays de l’or noir en quête d’or bleu
En Arabie Saoudite, où la consommation d’eau est deux fois plus élevée que la moyenne mondiale, les réserves souterraines s’épuisent à un rythme accéléré. Le recours à la désalinisation ne résoudra pas tout.

COP 21 : l'Arabie saoudite dans le collimateur des ONG

Actu Environnement
COP 21 : l'Arabie saoudite dans le collimateur des ONG
Au fil des négociations, les observateurs ont dénoncé les actions de l'Arabie saoudite visant à affaiblir l'ambition de l'accord. Le deuxième producteur mondial de pétrole veut préserver à tout prix ses revenus, estiment les ONG.

Engie remporte un contrat pour une centrale électrique en Arabie saoudite

Le Monde
Engie remporte un contrat pour une centrale électrique en Arabie saoudite
Engie est déjà présent en Arabie saoudite dans le secteur de la production indépendante d’électricité et d’eau dessalée, a indiqué le groupe.

Affaire Khashoggi : l’Arabie saoudite et les Etats-Unis veulent limiter l’impact sur le prix du pétrole

Le Monde
Affaire Khashoggi : l’Arabie saoudite et les Etats-Unis veulent limiter l’impact sur le prix du pétrole
Après le meurtre du journaliste saoudien, le risque de sanctions contre l’Arabie saoudite pourrait entraîner une crise pétrolière majeure. Mais ni Riyad ni Washington n’y ont intérêt.