A-t-on sacrifié Grosquick pour rien ?

Terra Eco, le
Par
A-t-on sacrifié Grosquick pour rien ?
Pour se débarrasser de son image de marque grossissante, Nestlé a troqué, dans les années 1990, le gros Quickie pour un lapin sportif. Mais n'a pas pour autant changé la composition de ses produits. Dans les années 1990, l'énorme Grosquick au généreux embonpoint laisse la place au sportif Quickie sur les boîtes de Nesquick. Une manière pour Nestlé de lutter contre l'image néfaste de ses produits, taxés de faire grossir. Pourtant, céréales, confiseries, poudres chocolatées de la marque sont encore (...) - Société / France, Alimentation, Vidéo
Articles qui devraient vous intéresser :

La qualité de l’air, une priorité ?

Liberation
La qualité de l’air, une priorité ?
Le gouvernement déclare lutter contre la pollution. Pourquoi sacrifie-t-il alors la mobilité durable en France ?

En Inde, l’environnement sacrifié à la croissance

Le Monde
En Inde, l’environnement sacrifié à la croissance
Le nouveau gouvernement, nationaliste hindou, a donné son feu vert à 140 projets industriels. Les experts des ONG sont mis sur la touche.

Le delta du Niger sacrifié pour des pétrodollars

Le Monde
Le delta du Niger sacrifié pour des pétrodollars
La photographe Bénédicte Kurzen rend compte des conséquences, écologiques et sociales, de l’exploitation anarchique du pétrole dans le sud du Nigeria.

L’environnement sacrifié au profit de la croissance

Le Devoir
L’environnement sacrifié au profit de la croissance
Au nom de la croissance et de la relance des investissements, le premier ministre indien, Narendra...