Lettre de Marco Weber, militant suisse détenu à Mourmansk

Greenpeace, le
Par
#Energie / Climat #arctic
Lettre de Marco Weber, militant suisse détenu à Mourmansk
Il y a 27 jours, les 30 personnes qui étaient à bord de l’Arctic Sunrise furent arrêtées par les autorités russes. Elles ont été placées en détention préventive à Mourmansk, inculpées de piraterie, un crime passible de 15 ans de prison. Parmi elles, le suisse Marco Weber. Il nous a fait parvenir une lettre, dans laquelle il raconte comment il va et décrit les conditions de détention sur place. Il appelle chacun à s’engager pour la protection de l’Arctique et à ne pas baisser les bras en ces moments difficiles. Aujourd’hui, l’audience en appel pour la libération sous caution de Marco a été reportée au 21 octobre du fait de l’absence d’interprète. Mourmansk, le 8 octobre 2013 Salut tout le monde! J’écris cette lettre en Anglais,...
Articles qui devraient vous intéresser :

Un vingtième militant de Greenpeace libéré sous caution

Le Monde
Un vingtième militant de Greenpeace libéré sous caution
La justice russe a décidé de remettre en liberté un autre militant de Greenpeace, le suisse Marco Weber, portant à vingt le nombre de militants devant être libérés sous caution.

Les 30 de l’Arctique vous remercient de votre soutien

Greenpeace
Les 30 de l’Arctique vous remercient de votre soutien
Vous êtes nombreux partout dans le monde à avoir montré votre soutien aux 30 de l’Arctique, toujours détenus en Russie. Les nouvelles filtrent au compte-goutte à travers les barreaux de Mourmansk… Mais dans tous les messages qui nous sont parvenus, une constante se dégage...

«Raconter les ravages de la course aux minerais au Pérou»

Liberation
«Raconter les ravages de la course aux minerais au Pérou»
Chaque jour, un militant présent à Tunis raconte son combat, aujourd'hui Marco Zeisser, de l'ONG CooperAccion.

Escroquerie à la « taxe carbone » : l’un des condamnés arrêté en Suisse

Le Monde
Escroquerie à la « taxe carbone » : l’un des condamnés arrêté en Suisse
Marco Mouly ne s’était pas présenté au délibéré du 7 juillet à l’issue duquel il avait été condamné à huit ans de prison et à 1 million d’euros d’amende.