La confusion sexuelle pour protéger les cultures sans produits chimiques

Bio à la Une, le
Par
La confusion sexuelle pour protéger les cultures sans produits chimiques
La confusion sexuelle pour protéger les cultures sans produits chimiques La confusion sexuelle est une méthode agricole de lutte naturelle conter les insectes qui ravagent les cultures agricoles. Sans tuer les nuisibles, elle empêche leur reproduction. Rien qu’en France, les agriculteurs ont affaire à quelque 2 195 espèces d’insectes nuisibles, selon les chiffres de l’Institut nationale de la recherche agronomique (Inra). Face aux attaques des ravageurs sur les cultures maraîchères, la réponse des exploitants est bien souvent chimique. Il existe pourtant des méthodes douces, calquées sur la nature. C’est le cas de la confusion sexuelle. Une technique de lutte contre les insectes nuisibles dont les premières recherches ont été menées dans les...
Articles qui devraient vous intéresser :

Bébés et femmes enceintes, premières victimes des produits chimiques toxiques

Le Monde
Bébés et femmes enceintes, premières victimes des produits chimiques toxiques
La réglementation et la formation du personnel de santé ne suffisent pas à protéger les populations les plus vulnérables des risques présentés par certaines substances chimiques.

Confusion à Québec

Le Devoir
Confusion à Québec
La confusion règne à Québec dans le dossier du pipeline Énergie Est. Alors que Philippe Couillard a...

Produits chimiques : la révolution Reach vue par les industriels

Actu Environnement
Produits chimiques : la révolution Reach vue par les industriels
D'ici 2018, entre 25.000 et 50.000 produits chimiques produits ou importés à plus d'une tonne par an devront être enregistrés. Les entreprises, et notamment les PME, devront se mobiliser pour évaluer les dangers et remplacer les plus préoccupants.

Zika : premier cas connu de transmission sexuelle par une femme

Le Monde
Zika : premier cas connu de transmission sexuelle par une femme
Jusqu’alors, les seuls exemples connus d’infection par voie sexuelle étaient des hommes contaminant leur partenaire. Ce nouveau cas laisse penser que le risque de transmission sexuelle du Zika pourrait être plus élevé.