Au Bangladesh, les ouvriers du textile ont enfin un « Smic »

Terra Eco, le
Par
Au Bangladesh, les ouvriers du textile ont enfin un « Smic »
Si leurs conditions de travail sont encore très précaires, les travailleurs bangladais du textile ont enfin obtenu un salaire minimum de 50 euros par mois. Insuffisant mais cela constitue malgré tout une avancée. La croissance économique a ses côtés pervers. Le cas du Bangladesh en est un très bon exemple, avec un pays très dynamique sur le plan économique mais des travailleurs qui n'en voient pas les bénéfices et même pire, qui risquent leur vie en travaillant dans des bâtiments où leur sécurité n'est (...) - Société / Bangladesh, Social
Articles qui devraient vous intéresser :

Pas de répit dans l’exploitation des ouvriers du textile d’Asie

Rue89

    Pas de répit dans l’exploitation des ouvriers du textile d’Asie
Non, nous n’avons pas décidé de vous culpabiliser par rapport à ce jean ou ce pull « made in Bangladesh » ou Cambodge reçu à Noël. C’est juste que la question des conditions de travail de ceux qui fabriquent les objets de nos désirs reste au premier plan de l’actualité, même si...

L’industrie textile du coton, des impacts à tous les niveaux

Natura Sciences
L’industrie textile du coton, des impacts à tous les niveaux
-Le coton correspond à environ 40% de la production textile mondiale. Pour faire des vêtements en coton, il faut tout d’abord cultiver le coton dont la culture est l'une des plus polluantes au monde. Sa culture conventionnelle couvre environ 2,5% des surfaces cultivées mondiales, mais...

Recyclage Textile : Etat des lieux

Ecolo info
Recyclage Textile : Etat des lieux
Les 5 et 6 février dernier, le CETI (Centre Européen des textiles Innovants, Tourcoing) accueillait le premier Congrès International de la Vallée du Recyclage Textile.  L’occasion d’aborder la question des perspectives du textile recyclé, les modes de collecte et de tri, les...

LE PARISIEN MAGAZINE. Au Bangladesh, les damnés du climat

Le Parisien
LE PARISIEN MAGAZINE. Au Bangladesh, les damnés du climat
L’homme répète qu’il a plus de 100 ans, qu’il a toujours vécu à Pabna, à 150 kilomètres à l’ouest de Dacca, la capitale du Bangladesh. Mais, il y a un an, il a fallu partir. « Le barrage s’est rompu, dit-il...