Les glaces de la banquise arctique polluées par du plastique

Futura Sciences, le
Par
#banquise arctique
Les glaces de la banquise arctique polluées par du plastique
Les océanographes connaissent l'accumulation de matières plastiques dans l'océan Pacifique et dans le nord de l'océan Atlantique, tandis que Tara part étudier cette pollution en Méditerranée. Une autre expédition scientifique vient de découvrir ces déchets dans les glaces de l’Arctique, sous...
Articles qui devraient vous intéresser :

La banquise Arctique atteint son minimum annuel

Natura Sciences
La banquise Arctique atteint son minimum annuel
- Il semblerait que la banquise arctique ait atteint son étendue minimale de l'année le 17 septembre, selon le National Snow and Ice Data Center (NSIDC). Sur l’ensemble de l’Arctique, la banquise pluriannuelle couvrait ce jour 5,02 millions de km2 selon les chiffres préliminaires. Cet...

Réchauffement climatique : fonte record de la banquise arctique en 2016 (MAJ)

Futura Sciences
Réchauffement climatique : fonte record de la banquise arctique en 2016 (MAJ)
Sur les premiers mois de l’année 2016, la banquise arctique a enregistré des fontes record. De nouvelles données, portant cette fois sur l’âge des glaces qui la constituent, semblent ajouter encore aux inquiétudes quant à sa capacité à survivre au réchauffement climatique.

Jusqu’à 1.200 tonnes de plastique flottent en Arctique!

Natura Sciences
Jusqu’à 1.200 tonnes de plastique flottent en Arctique!
- Les eaux non gelées de l'Océan Arctique sont polluées par les micro-fragments de plastique. Une étude internationale publiée le 19 avril dans Science Advances confirme l'existence d'une zone d'accumulation de plastiques jusque là soupçonnée mais non découverte. Cet article Jusqu’à...

Réchauffement climatique : la calotte glaciaire du Canada est condamnée

Futura Sciences
Réchauffement climatique : la calotte glaciaire du Canada est condamnée
Il y a au Canada des vestiges des glaces éternelles datant de la dernière glaciation. Ceux-ci devraient disparaître d'ici 500 ans au plus tard, voire même dans 300 ans, selon des glaciologues, si rien n'est fait pour limiter le réchauffement climatique.