A financer : L'Oasis de Serendip

Terra Eco, le
Par
A financer : L'Oasis de Serendip
Objectif : 30 000 euros. Mission : financer cette « forêt comestible » dans la Drôme, qui accueillera également des ateliers d'initiation à la permaculture. Fermez les yeux, imaginez. Une forêt comestible dans laquelle poussent 600 arbres, arbustes et buissons. Un peu plus loin, un potager, une école, des chambres d'hôtes et un camping à la ferme. Rien que ça ! Le tout dans un cadre magnifique, en plein cœur de la Drôme. Dans l'idéal, à 15 kilomètres maximum autour de la ville de Crest. Pour que ce lieu (...) - Nature / France, Alimentation, Solidarité, Agriculture
Articles qui devraient vous intéresser :

Il existe aussi des oasis de vie dans les océans

Notre Planète
Il existe aussi des oasis de vie dans les océans
Une étude internationale, coordonnée par des chercheurs de l'IRD, de l'Institut de la mer du Pérou (IMARPE), de Télécom Bretagne et du CNRS, a permis de comprendre le rôle majeur joué par la dynamique océanique dans la structuration de l'écosystème marin. La turbulence océanique crée...

Société générale renonce à financer une centrale à charbon en Indonésie

La Tribune
Société générale renonce à financer une centrale à charbon en Indonésie
Société générale a renoncé à financer une centrale à charbon en Indonésie, conformément à son engagement de ne pas financer des infrastructures incompatibles avec l'accord de Paris sur le climat, a-t-on appris mardi auprès de la banque française et des Amis de la Terre.

Climat : deux banques françaises vont arrêter de financer de nouvelles centrales à charbon

Le Monde
Climat : deux banques françaises vont arrêter de financer de nouvelles centrales à charbon
Un an après la COP21, la Société générale et le Crédit agricole s’engagent aussi à financer des énergies renouvelables. Les ONG dénoncent, elles, un « double jeu ».

Industrie : financer l’efficacité énergétique grâce aux CEE

La Tribune
no preview
Cela n’a rien d’un scoop : le secteur de l’industrie dispose d’importants gisements d’économies d’énergie. Reste encore à les exploiter et donc à financer la transformation des procédés.