Déforestation : L’Oréal se fait une beauté

Greenpeace, le
Par
#Forêts
Déforestation : L’Oréal se fait une beauté
“Parce que je le vaux bien“, c’est le slogan tellement connu et accrocheur inventé il y a 40 ans par le leader français de la cosmétique mondiale, L’Oréal. Le groupe l’annonce sur son site internet : “Depuis plus d’un siècle, nous consacrons notre énergie et nos compétences à un seul et unique métier : la beauté.“. Cet engagement vaut aujourd’hui aussi pour la beauté des forêts. En effet, cette promesse prend aujourd’hui un nouveau sens, avec l’engagement pris par L’Oréal de contribuer à la préservation des forêts tropicales en excluant l’huile de palme issue de la déforestation de sa chaîne d’approvisionnement, d’ici 2020. Une victoire pour les consommateurs Convaincre L’Oréal n’a pas été...
Articles qui devraient vous intéresser :

Isabel Marey-Semper devient directrice développement durable de L'Oréal

Actu Environnement
Isabel Marey-Semper devient directrice développement durable de L'Oréal
A 47 ans, Isabel Marey-Semper est nommée directrice générale communication, développement durable et affaires publiques du groupe L'Oréal. Elle prend aussi les rênes de la Fondation L'Oréal. Elle succède à Sara Ravella.

Déforestation en Amazonie : + 29 % en un an

Futura Sciences
Déforestation en Amazonie : + 29 % en un an
Pour la deuxième année consécutive, la forêt amazonienne au Brésil a connu un accroissement de la déforestation. En 2016, celle-ci a augmenté de 29 % par rapport à l’année précédente, laquelle avait déjà enregistré une forte hausse. Plusieurs associations écologistes dénoncent la...

La beauté perdue du lac Nakuru, perle du Kenya

Le Monde
La beauté perdue du lac Nakuru, perle du Kenya
Urbanisation et déforestation mettent à mal ce trésor naturel, faisant fuir des millions de flamants roses.

L’Oréal s’associe avec une start-up pour produire des cheveux in vitro

L'avenir
L’Oréal s’associe avec une start-up pour produire des cheveux in vitro
Le géant français des cosmétiques L’Oréal a annoncé mercredi une collaboration de recherche exclusive avec une start-up de Gironde, Poietis, dans l’espoir de parvenir un jour à produire des cheveux in vitro, à l’aide d’un procédé novateur de fabrication additive.