Lutter contre les irritations intimes avec les protections Bio

Bio à la Une, le
Par
Lutter contre les irritations intimes avec les protections Bio
Lutter contre les irritations intimes avec les protections Bio On s'interroge rarement sur la composition des protections intimes. Pourtant, celles-ci regorgent de produits chimiques. Au contact de l'une des parties les plus fragiles de l'anatomie féminine, les composés nocifs des tampons et serviettes hygiéniques classiques pénètrent l'organisme pouvant provoquer irritations, infections ou septicémie.  Manger de la nourriture industrielle bourrée d’additifs et de produits chimiques? Plus question. Utiliser des cosmétiques non naturels toxiques pour l’organisme? Non merci. Arrêter les protections hygiéniques chargées en substances nocives ? Voilà une question que l’on ne se pose pas souvent. Pourtant, une femme utilisera en moyenne 15 000...
Articles qui devraient vous intéresser :

Les serviettes hygiéniques lèvent le voile

Terra Eco
Les serviettes hygiéniques lèvent le voile
Lauren Wasser, mannequin de 27 ans, a vu sa jambe amputée suite à un choc toxique causé par un tampon. L'occasion de rappeler que les produits intimes ne sont pas anodins. / L'archive du jour

Des millions d’Australiens victimes de «revenge porn»

Le Figaro
Des millions d’Australiens victimes de «revenge porn»
Une étude de l’université de Melbourne dévoile l’ampleur du «revenge porn» (porno vengeur) qui toucherait plus d’un Australien sur cinq âgé de 16 à 49 ans. Elle met en garde sur cette pratique de photos intimes.

Des résidus « potentiellement toxiques » retrouvés dans des protections féminines

Le Monde
Des résidus « potentiellement toxiques » retrouvés dans des protections féminines
Parmi ces substances, certaines sont soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens, met en garde la revue « 60 millions de consommateurs ».

Plusieurs cas de « gale norvégienne » détectés à Liège

L'avenir
Plusieurs cas de « gale norvégienne » détectés à Liège
Des personnes précarisées, principalement des sans-abri, sont porteuses de la «gale norvégienne», une variété particulièrement contagieuse. Pas de panique, il faut des contacts intimes pour qu’elle se propage. Un plan d’action a été mis sur pied.