Climat : le Japon renonce à réduire ses émissions de gaz à effet de serre

Actu Environnement, le
Par
#Climat
Climat : le Japon renonce à réduire ses émissions de gaz à effet de serre
Le gouvernement japonais a décidé, ce vendredi, de baisser drastiquement son objectif de réduction de gaz à effet de serre (GES), rapporte l'AFP. Le nouvel objectif correspond à une augmentation de l'ordre de 3% des émissions japonaises sur la période allant de 1990 à 2020. Le précédent objectif, qu...
Articles qui devraient vous intéresser :

Le Japon revient sur son objectif de réduction de gaz à effet de serre

Le Monde
Le Japon revient sur son objectif de réduction de gaz à effet de serre
Le Japon avait promis de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25 % entre 1990 et 2020, mais vise aujourd'hui une réduction de 3,8 %.

Un guide pour mesurer les émissions de gaz à effet de serre des services de l'eau et de l'assainissement

Actu Environnement
Un guide pour mesurer les émissions de gaz à effet de serre des services de l'eau et de l'assainissement
Bien que représentant moins de 1% des émissions totales françaises, les services eau et assainissement sont concernés par la démarche nationale "facteur 4" visant à réduire de ¾ les émissions de gaz à effet de serre (GES) en France d'ici 2050. C'est pourquoi l'association scientifique et...

COP21 : pourquoi faut-il réduire les émissions de gaz à effet de serre

Futura Sciences
COP21 : pourquoi faut-il réduire les émissions de gaz à effet de serre
L’un des enjeux de la COP21, qui vient de se clore, était de trouver un accord international engageant les pays à réduire durablement leurs émissions de gaz à effet de serre. Ce ne serait pas un luxe. En novembre dernier, un rapport de l’organisation météorologique mondiale...

Climat : l'Algérie compte sur le gaz pour réduire ses émissions de GES

Actu Environnement
Climat : l'Algérie compte sur le gaz pour réduire ses émissions de GES
Grâce au gaz naturel, l'Algérie s'engage officiellement à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 7 à 22% en 2030, par rapport à un scénario business as usual. Cette approche répond à ses enjeux climatiques et économiques, plaide l'Algérie.