Mais quel est ce logo qui va envahir Paris ?

Terra Eco, le
Par
Mais quel est ce logo qui va envahir Paris ?
Un groupe d'artistes anonymes tague, graphe, sculpte et photographie un mystérieux logo pour rendre son sourire à la capitale. Attention, lecteurs et lectrices, ce travail d'artiste de rue qui envahit peu à peu Paris depuis juillet dernier pourrait bien vous interpeller sur la grisaille de nos villes. C'est en tout cas le but affiché par ce collectif de sept artistes anonymes appelé #RésilleInvasion. « Notre but est d'habiller Paris, de sortir la ville de sa morosité. On a l'impression que la ville (...) - Ma ville / Diaporama
Articles qui devraient vous intéresser :

Logo nutritionnel optionnel: 50% des Français doutent de son efficacité

Le Figaro
Logo nutritionnel optionnel: 50% des Français doutent de son efficacité
Bien que recommandé par les autorités sanitaires depuis le mois de mars, le logo Nutri-score ne devra pas obligatoirement être apposé sur les emballages alimentaires.

Enfin un logo consigne de tri unique

GreenIT.fr
Enfin un logo consigne de tri unique
L’entrée en vigueur au 1er janvier 2015 du logo « tri man » va lever les ambiguïtés dans l’esprit du consommateur afin d’inciter au geste de tri en le simplifiant. Malheureusement, son apposition directement sur le produit n’est pas encore obligatoire. Lire la suite

Un logo pour l’agriculture « Haute valeur environnementale »

Natura Sciences
Un logo pour l’agriculture « Haute valeur environnementale »
- Le 27 novembre, Stéphane Le Foll a dévoilé le logo « Haute valeur environnementale » attribué par le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, au salon des vignerons indépendants de la Porte de Versailles. Cet article Un logo pour l’agriculture « Haute...

Logo nutritionnel : les industriels à la fois juges et parties

Le Figaro
Logo nutritionnel : les industriels à la fois juges et parties
L'étude qui doit permettre de choisir un nouveau logo nutritionnel est partiellement financée par des entreprises du secteur agroalimentaire. Tandis que trois des scientifiques en charge de l'étude ont démissionné, cinq autres entretiennent des liens étroits avec les industriels.