Les mines de la colère

Le Devoir, le
Par
#Actualités sur l'environnement
Les mines de la colère
La colère suscitée par le rejet du projet de Loi sur les mines est loin de s’apaiser. En refusant de poursuivre l’étude de la troisième tentative de réforme lancée en quatre ans, les trois principaux partis politiques ont fait un geste « puéril » et antidémocratique, accuse Richard Desjardins dans une lettre rendue publique lundi. Pire, l’inaction laisse le champ libre à une industrie minière guidée par une cupidité « légendaire ».
Articles qui devraient vous intéresser :

Inutile de creuser ailleurs, les mines sont dans nos villes

Terra Eco
Inutile de creuser ailleurs, les mines sont dans nos villes
Arnaud Montebourg veut rouvrir les mines françaises pour y chercher les métaux dont on fait nos téléphones portables. Les mines les plus riches sont pourtant à portée de main, dans nos poubelles ! Boris Vian doit se retourner dans sa tombe. En écrivant sa « Complainte du progrès » (1956),...

Infirmiers en colère: "J'ai quitté les hôpitaux français pour ceux du Luxembourg"

L'express
Infirmiers en colère: 'J'ai quitté les hôpitaux français pour ceux du Luxembourg'
Ce mardi, les personnels hospitaliers sont en grève pour exprimer leur colère quant à leurs conditions de travail. Une colère ressentie aussi par Anthony, infirmier de 25 ans, qui a rapidement déserté les hôpitaux français pour ceux du Luxembourg, où ces conditions sont bien meilleures. Il...

Mines à ciel ouvert: des impacts négligés

Le Devoir
Mines à ciel ouvert: des impacts négligés
Alors que d’imposantes mines à ciel ouvert doivent voir le jour au Québec à brève échéance, les normes environnementales et les mesures de protection de la santé humaine censées encadrer ce type de projet sont toujours déficientes. Tels sont les constats qui se dégagent du premier...

Colère au Népal après le séisme : la police antiémeute intervient

Le Monde
Colère au Népal après le séisme : la police antiémeute intervient
La police antiémeute népalaise a dû intervenir mercredi 29 avril pour contenir la colère de milliers de Népalais.